Comprendre le prix d’un vêtement
Le “Gorpcore”, ou l’avènement du style trekking
2020.03.06 Fashion

L’upcycling, plus qu’une tendance, une vraie démarche !


Ce mot doit sonner familier à vos oreilles, et pour cause ! L’upcycling, ou “surcyclage” en français, est plus qu’un mot, plus qu’une tendance, il s’apparente presque à une philosophie. Les créateurs et les grandes enseignes prennent progressivement ce virage, portées par différents enjeux. À la base de ceux-ci, il y a un constat : en 15 ans, la production de vêtements a doublé dans le monde. Une surconsommation alarmante pour notre planète, dont la santé décroît peu à peu. Mais concrètement, l’upcycling, qu’est-ce que c’est ?

upcycling
upcycling
Un concept de fond

L’upcycling est tout simplement le recyclage de matériaux souvent usagés pour leur donner une seconde vie. En faisant appel à la créativité, mais aussi à la prise de conscience, cette tendance est devenue un véritable acte de mode, que beaucoup incluent désormais dans leurs collections.

Parmi les marques et créateurs porteurs de l’upcycling, on retrouve Marine Serre, prix LVMH 2017, dont les pièces du dernier défilé (automne-hiver 20/21) se composaient majoritairement d’anciens tapis. Au-delà des podiums, certaines marques comme Les Vilains Parisiens, La Draft, Affekt, 727 Sailbags ou encore Freitag mettent la récupération au cœur de leurs créations. Une évolution qui répond à des questions plus profondes.

upcycling
upcycling
Des chiffres alarmants

Car aujourd’hui, la plupart des vêtements que l’on produit terminent leur vie dans une décharge. Leur décomposition produit naturellement un gaz à effet de serre redoutable : le dioxyde de carbone. Et si, actuellement, moins de 1% de nos vêtements est recyclé*, l’heure est à la prise de conscience.

En repensant la mode de façon plus responsable, les enseignes envoient ainsi un signal fort au client : consommer moins, mais mieux. Car oui, entre la récupération de tissus, ou tout simplement le rachat de fins de stocks pour leur éviter d’être brûlés, un cercle vertueux se met naturellement en place entre le créateur et le consommateur. C’est la raison pour laquelle les marques de fast fashion s’y sont également mises, de sorte à lutter contre ce “prêt-à-jeter” dont elles sont le symbole. Jusqu’à attirer une clientèle plus pointue.

upcycling
upcycling
Une clientèle exigeante

Bien sûr, l’upcycling est un acte que tout le monde peut reproduire chez soi, mais à l’échelle de la mode, cela va plus loin. Transformer une fibre textile en un nouveau vêtement, c’est aussi le valoriser et montrer que la récupération n’est pas synonyme de dégradation. La plupart des pièce produite via l’upcycling est souvent de meilleure qualité que la pièce d’origine, et attirent régulièrement une clientèle exigeante, au regard de plus en plus affiné.

En effet, s’il a longtemps été considéré comme un concept de niche, le surcyclage permet en réalité aux marques connues et aux créateurs reconnus de montrer l’étendue de leur talent. En développant des pièces tout aussi pointues, ces derniers participent à leur manière au développement durable, et jouent un rôle essentiel de passeur de tendances.

Qui aurait pu penser, en 1989, que le premier défilé de Martin Margiela aurait annoncé un véritable cap dans la mode, trente ans plus tard ? En créant des hauts à base de sacs en plastique d’une grande enseigne de supermarchés, le créateur montrait déjà que l’upcycling allait faire parler de lui. Il aura fallu attendre aujourd’hui pour que sa place ne soit plus anecdotique, mais bien capitale pour notre planète !

  • Selon Ellen MacArthur dans A New Textiles Economy : Redesigning Fashion’s Future
upcycling

Photographies : La Draft / Greg Lauren / Les Vilains parisiens / Marine Serre / Noyoco

Tommy
POUR COMMEUNCAMION.COM
FOLLOW US ON INSTA