Combien coûte la réalisation d'un lookbook ?
Le loose fit, une tendance qui vous veut du bien
2020.04.10 Fashion

Comment produire de manière plus éco-responsable ?


C’est un fait, aujourd’hui, la mode fait partie des industries les plus polluantes. En 2018, 48 enseignes ont signé la Charte de l’industrie de la mode pour l’action climatique, appuyées par les Nations Unies. L’idée ? S’associer, pour réduire de 30% les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. Ce type de démarche n’est plus si rare, et témoigne d’une volonté des acteurs de la mode de prendre conscience de leur impact, en y associant des gestes plus engagés. En toute légitimité, on peut donc être amené à se demander comment produire de manière à atteindre l’environnement dans une optique moins destructrice. Zoom sur une façon de concevoir la mode différente, mais pas moins intéressante !

eco-responsable
L’importance des matières

Bien évidemment, les matières sont le pilier de la fabrication de nos vêtements, puisque ce sont elles qui les constituent en premier lieu. Dans la production, on a souvent tendance à plébisciter le coton comme une fibre polyvalente et naturelle. Or, dans une optique éco-responsable, il s’avère qu’elle n’est pas la fibre la plus écologique, loin s’en faut ! En effet, le coton requiert énormément d’eau, mais aussi de pesticides, et sa culture est assez rare en Europe. C’est la raison pour laquelle on se tournera davantage vers un coton bio certifié, dont la production augmente d’année en année. Mais ça n’est pas tout, puisque différentes alternatives responsables coexistent aujourd’hui, à l’instar du Tencel, issu de pulpe de bois, du lin, ou encore du chanvre. Toutes ces fibres contribuent à renouveler la filière vestimentaire en France, et se complètent à merveille avec un autre type de matière : les fibres recyclées. Si certaines grandes enseignes se sont vues épinglées pour avoir détruit des stocks d’invendus pour des sommes astronomiques, on comprend aisément que les fibres recyclées ont tout leur intérêt dans une production. La France est le premier pays à s’être engagé à interdire la destruction des vêtements d’ici 2023. Un pas en avant considérable, qui souligne qu’utiliser des matières recyclées, c’est s’assurer d’impacter l’environnement 98% moins fortement qu’avec des fibres textiles “classiques”. Mais s’engager à utiliser des matières écologiques ne rend pas une production 100% éco-responsable, d’autres facteurs entrent en jeu. Et parmi eux, la fabrication !

eco-responsable fit
Une fabrication réfléchie

De nos jours, l’éco-responsabilité est devenue un objectif pour de nombreuses marques, poussées par une demande de plus en plus pressante du consommateur. Des applications comme Clear Fashion symbolisent très bien cet état d’esprit, puisqu’en quelques clics, il est possible de décrypter l’étiquette de son t-shirt préféré, selon différents critères. Et parmi ces critères, le lieu de fabrication a une influence, comme un indice sur l’engagement d’une marque pour réduire le coût environnemental de sa production. Si le made in France n’est pas toujours privilégié, la production la plus locale possible est un symbole éminent de “responsabilité” de la part d’une enseigne. Toutefois, produire en Chine ou ailleurs dans le monde n’est pas nécessairement synonyme de mauvaises conditions sociales, et ne jouera pas toujours en défaveur d’une marque. C’est à ce moment qu’une bonne communication est capitale. D’autres techniques comme la réduction des intermédiaires existent, de sorte à rendre la production la plus directe possible. Par exemple, certaines marques comme forlife, Réuni, ou Atelier Particulier ont décidé de vendre leurs produits uniquement en ligne, permettant au consommateur de payer un prix beaucoup plus bas qu’il ne l’aurait payé en boutique. Car oui, supprimer des intermédiaires, au-delà de constituer un geste éco-responsable, permet de supprimer des marges financières sur un produit. Et si en plus, c’est local, c’est tout gagné !

eco-responsable fit
Les labels, plus que des symboles

Pas toujours facile de les maîtriser, et pourtant, les labels dans la mode sont essentiels lorsqu’on souhaite axer sa production vers l’éco-responsabilité. Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison qu’ils permettent d’axer le regard du consommateur, en plus de crédibiliser l’action d’une marque. Entre les labels environnementaux, les labels fabrication française, ou encore les labels sociaux, différents enjeux viennent se rencontrer. Pour y voir plus clair, il convient de dégager certains d’entre eux, qui semblent essentiels avant d’aller plus loin : Le label GOTS (Global Organics Textile Standards) assure une présence minimum de fibres bio, et un impact global moindre sur l'environnement, Le label Fair Trade garantit le commerce équitable de la production, Le label français Ecocert illustre une production responsable dans la mode, Les labels Soil Association, BioRe ou Made in Green symbolisent une démarche écologique, La certification Oeko-Tex permet d’être certain qu’aucune substance nocive n’est contenue dans le produit fini, Et bien d’autres encore ! Les labels fonctionnent donc comme des indicateurs pour le consommateur, mais, dans le même temps, comme des enjeux pour une production. Produire de façon éco-responsable pourrait donc se résumer en une phrase : produire moins, mais produire mieux. En effet, alors que certains symboles sont primordiaux pour faire prendre conscience de l’urgence de la situation, la mode se montre toujours plus créative, et redouble d’énergie pour renouveler ses modes de production. Entre les fibres recyclées, les matières naturelles ou la vente exclusive en ligne, c’est tout un pan de notre consommation qui change au fil des années.
Pour, demain, ne pas laisser le monde en friche !


Photographies : COMME un camion / bleu de chauffe
Tommy
de commeuncamion.com
Originaire de la région lyonnaise, Thomas est désormais parisien, après un passage à Tours pour ses études de littérature. Au-delà de son goûts pour les belles lettres, Tommy cultive un certain attachement à la mode, dans ce qu'elle a de plus large et de plus riche en même temps. De la découverte de petits créateurs aux dernières tendances sneakers, tout est sujet à l'intéresser. C'est aussi pour ça qu'il fait désormais partie de l'équipe Comme un camion.
FOLLOW US ON INSTA